Laleh Amir Assefi

Laleh Amir Assefi

C’est dans les tumultes de l’Histoire que Laleh Amir Assefi a commencé sa carrière. Née à Los Angeles, elle finissait ses études sur les bancs de l’école Jeanne d’Arc à Téhéran, où elle a appris le français, quand la révolution a éclaté. Des bouleversements que ce « tremblement de terre » a provoqués, Laleh en a retiré l’idée d’un monde déchiré et fragmenté dont les dernières boussoles sont l’art et la création

Elle part à Paris pour devenir architecte, se spécialise dans les équipements culturels, l’urbanisme et les espaces publics, étudiant notamment à La Sorbonne.
Elle perfectionne sa culture en voyageant et en arpentant les musées en Europe , au Moyen-Orient et aux États-Unis .
A Paris, elle crée son agence de conseil en architecture . Puis, elle fait le pari de revenir à Téhéran par amour pour la culture persane et mettre ses compétences au service de son pays Elle devient alors conseillère auprès du Ministère de la culture et sera en charge de la communication sur les sites archéologiques. Plus tard, elle sera responsable de la revitalisation du patrimoine architectural de Téhéran où elle conduit d’ambitieux projets dans les domaines du théâtre, des musées, des bibliothèques, des parcs et centres culturels.
Enseignante à l’Université, son indépendance et sa liberté d’esprit commencent à manquer d’espace. D’où un retour en France, son pays de prédilection.

Après une mission pour l’UNESCO et deux ans passés à Londres comme architecte en chef du bureau de Bouygues UK, elle retrouve Paris et, grâce à la rencontre avec le décorateur et architecte d’intérieur Jacques Garcia, ambassadeur moderne d’une tradition du goût français, elle développe d’autres facettes de son métier. Elle va désormais diriger aux quatre coins du monde les projets de l’agence Garcia.
C’est en créant des luminaires pour ces projets qu’elle fait la connaissance de Zonca international.

Au croisement des traditions orientales et de la modernité occidentale, Laleh, qui est aussi peintre et dessinatrice, aime mêler les arts entre eux aussi bien dans des créations, des décorations que des réhabilitations. Elle l’a fait à Las Vegas, Dubaï, Montreux, Genève, Moscou, Marrakech, Deauville , Singapour , Macao , Londres et New York.
A présent, elle a entrepris la création de luminaires et de mobiliers, son autre grande passion.
S’inspirant de la calligraphie, elle dessine des luminaires poétiques pour enchanter le regard. Sur les murs ou au plafond, dès arabesque portent des abats jours de couleurs vives, rouge ou or qui dansent dans l’espace.